Le Burnout

Le syndrome d’épuisement professionnel, ou burn out, est un ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique dans lesquelles la dimension de l’engagement est prédominante.

C’est un épuisement psychique et physique lié au travail. Les personnes ne ressentent plus la fatigue et donc les dangers qui l’accompagne. Le risque de burn out est décuplé en raison de la peur de ne pas y arriver par manque d’estime de soi et manque de prise en compte de ses propres besoins.

La Symptomatoligie

La symptomatologie du burn out est de fait assez complexe, peu spécifique et peut évoluer vers la dépression ou l’anxiété.

Elle s’organise autour de quatre étapes:

L’enthousiasme

L’individu a un haut niveau d’énergie, il est ambitieux, il a des idéaux et des objectifs élevés. Il se consacre à son travail avec une grande vitalité même si celui-ci est très exigeant et si les conditions ne sont pas favorables. Il retire une certaine satisfaction de son travail.

Le surinvestissement

Dans cette deuxième phase, l’individu se rend compte que, malgré ses efforts constants, sa carrière n’évolue pas comme il voudrait, que ses efforts ne sont pas reconnus. On exige toujours plus de lui, ou lui-même se fixe des objectifs toujours plus élevés. Il redouble d’ardeur, se met à travailler le soir et le week-end et, surtout, ne déconnecte jamais psychologiquement. A l’origine de cela, on remarque souvent un manque dans la capacité à ressentir ses limites et un déni de la fatigue.

La désillusion

Fatigué et déçu, l’individu commence à perdre tout espoir. Ses efforts sont méconnus ou ne sont pas appréciés à la hauteur de ce qu’ils représentent.

Le travail vidé de son sens.

Les personnes n’arrivent plus a donner un sens à leur existence par un manque de lien à elles-même et une déconnexion à leurs inspirations profondes pour s’autoriser à se diriger vers une activité que leur convient.

C’est alors que les premiers signes cliniques apparaissent : impatience, irritabilité, cynisme, isolement, troubles somatiques.

Le burn out

La dernière phase correspond au burn out proprement dit. L’individu perd tout intérêt pour son travail et pour son entourage professionnel, voire personnel. Il a brûlé toutes ses réserves et se sent totalement épuisé et découragé. Il n’est tout simplement plus capable de travailler.

Les manifestations

Les manifestations de l’épuisement professionnel, peuvent être d’ordre :

  • émotionnel (sentiment de vide, d’impuissance, perte de confiance en soi, irritabilité, pessimisme, attitude « bureaucratique »…),
  • cognitif (difficulté de concentration, indécision, difficultés à faire des opérations simples, altération de la qualité du travail…),
  • physique (fatigue généralisée, maux de tête, de dos, tensions musculaires, troubles du sommeil,…)
  • interpersonnel et comportemental (repli, isolement, agressivité, impulsivité, baisse de l’empathie, conduites addictives…)
  • motivationnel et attitudinal (attitude négative envers le travail et les autres, désengagement,…)

En temps normal, l’être humain parvient à maintenir une certaine capacité d’adaptation qui lui permet de faire face à différentes situations. C’est lorsque le stress affecte la personne de façon non ordinaire par sa durée et son intensité qu’il peut y avoir un risque de burn out.

Les émotions non exprimées voir réprimées provoquent une pression avec des répercutions sur le corps.

Cela provoque également des difficultés à penser au moment où la personne en a le plus besoin.

L’accompagnement:

Si ce syndrome d’épuisement professionnel peut paraître dramatique pour la personne qui le vit car elle se sent perdue et dans une profonde insécurité; cette situation peut néanmoins amener la personne à prendre conscience de la violence qu’elle s’inflige à elle-même de manière inconsciente et la ramener vers son essentiel.

Dans la particularité de l’accompagnement thérapeutique des personnes qui ont vécu un burn out, l’intention est de favoriser la rencontre de la personne avec elle-même pour qu’elle puisse s’orienter vers ce qui est juste pour elle, qu’elle puisse trouver sa voie en se respectant.

Face au vide que la personne peut éprouver lors d’un burn out, face à la perte de repères, le thérapeute est comme un phare dans la nuit. Il doit se monter fiable. Il doit instaurer un cadre bienveillant et sécurisant pour favoriser l’expression et l’accueil des émotions du consultant.

Par un travail corporel spécifique, le thérapeute  aide la personne à  prendre le temps nécessaire pour se reconstruire, retrouver une estime d’elle-même positive et solide et une sécurité intérieure permettant la remise en mouvement pour aller vers un ailleurs plus juste et plus épanouissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *